Conduire au Cuba

Le Cuba est un pays extraordinaire, avec son propre rythme et sa propre réalité. Pour voyager au Cuba en voiture, il peut vous être utile d’adopter une certaine attitude :
• ouvrez-vous à un pays où rien ne ressemble à ce que vous connaissez
• la patience mène à bien
• libérez votre esprit aventurier
• et emmenez votre sens de l’humour !

Permis de conduire
Tout conducteur doit posséder un permis de conduire national valide. Un permis de conduire international n’est pas requis. N’oubliez pas d’emmener votre permis de conduire français ! Direction/code de la route : au Cuba, on conduit à droite, par ailleurs les règles de la route sont pratiquement identiques aux règles françaises.

Réseau routier
De manière générale, les routes sont (plutôt) bonnes et tranquilles, à l’exception des autoroutes à forte densité mais très larges dans les environs de La Havane.

Particularités
Dans l’est de Cuba (Santiago de Cuba, Baracoa, Cayo Saetia, Guardalavaca), les routes sont nettement moins bonnes qu’à l’ouest. Sur l’itinéraire pittoresque dans l’est lointain, reliant Guantanamo et Baracoa, se trouve par exemple la route nommée « La Farola », entre Cajobabo et Baracoa : une magnifique route sinueuse à travers les montagnes. Mais avec ses virages en épingle à cheveux, elle est également très étroite, et lorsqu’il pleut ou a plu, des trous peuvent apparaître dans la chaussée. Il en va de même pour la route, en partie de terre, reliant Baracoa et Guardalavaca (via Moa). Conduisez toujours prudemment et si nécessaire, lentement. Il s’agit surtout de faire l’expérience du voyage, plutôt que du simple déplacement. Par contre, où que vous vous trouviez au Cuba, tâchez d’arriver à votre destination avant le coucher du soleil. Planifiez vos journées en fonction des distances à parcourir. Pour plus de 200 km, réservez toute une journée.

Carburant  
Lorsque vous récupérez votre voiture, vous recevrez des informations sur les pompes à essence destinées aux voyageurs étrangers. L’essence doit être réglée au comptant en CUC. Les cartes de crédit ne sont généralement pas acceptées pour l’essence (elles le sont par contre pour la caution et l’assurance de la voiture). Les stations qui acceptent les cartes de crédit demandent également à voir la carte d’identité. Le sans plomb est appelé « Especial » et coûte à peu près 1,50 CUC par litre (1 CUC équivaut plus ou moins à 1 euro actuellement). Nous vous recommandons de faire le plein pour les grands trajets !

Signalisation  
La signalisation au Cuba laisse à désirer : des panneaux sont souvent absents, à l’exception des lieux touristiques. Mais comme il n’est pas vraiment question d’un grand réseau routier, la route à suivre ne comporte pas beaucoup de choix. La population locale vous montrera volontiers la voie, en langue des signes s’il le faut. Hors des endroits touristiques, les Cubains parlent exclusivement l’espagnol !
Pratique à savoir :

• tout droit = recto
• conduire toujours tout droit = siga recto / todo recto
• à gauche =  izquierda
• à droite =  derecho

Les systèmes GPS n’existent pas et ne fonctionnent pas au Cuba. Le GPS de votre smartphone ou tablette est toutefois autorisé. Consultez www.maps.me pour des cartes hors ligne détaillées et complètes pour les appareils portables.

Pensez à télécharger les cartes avant de voyager au Cuba, où l’internet est lent et souvent indisponible :  
1) Téléchargez l’appli
2) Téléchargez la ou les carte(s) pour utilisation HORS LIGNE dans l’appli

Pneu crevé
En cas de crevaison, essayez de trouver le « ponchero » le plus proche, qui réparera votre pneu avec un savoir-faire artisanal (autrement dit : à l’ancienne). Ne laissez jamais un Cubain serviable réparer votre voiture !

Autostoppeurs  
Bien qu’ils soient moins nombreux qu’aux années 90, lorsque le Cuba était en crise économique, vous verrez souvent des autostoppeurs le long des routes. Aux grands carrefours et jonctions (« salida »), un « amarillo » habillé en jaune règle la circulation et souvent, aligne l’offre et la demande. Au Cuba, la règle non écrite dicte d’aider son prochain. Évidemment, comme vous êtes un(e) invité(e) au pays, personne ne vous obligera de prendre des autostoppeurs, mais aider une personne âgée ou une mère et ses enfants à faire un bout de chemin peut constituer une expérience précieuse. Surtout aux alentours de La Havane, la prudence reste néanmoins de mise, car l’expérience peut également s’avérer négative. Attention au vol. À Trinidad par exemple, mais ailleurs également, une pratique malhonnête bien connue consiste à crever le pneu de la voiture avant de monter. L’autostoppeur bien « serviable » vous conduit alors chez un « ponchero » qui demande une somme pharamineuse pour ses services… une affaire conclue entre le soi-disant autostoppeur et le « ponchero ». Soyez averti(e) de ces pratiques et usez de votre bon sens. Avec un peu de vigilance, prendre un autostoppeur ne vous causera aucun souci.

Vitesse maximale
La vitesse moyenne sur les grandes routes est d’environ 80 km/h, avec un maximum de 100 km/h. Sur les routes secondaires, il n’est pas autorisé de dépasser les 50 km/h. Un rythme de voyage normal au Cuba permet de parcourir environ 70 km par heure. Gardez à l’esprit que c’est l’expérience de voyage lui-même qui compte, ne partez donc jamais pressé(e) ! Et tâchez d’arriver à votre destination avant le coucher du soleil.

En route  
Bien que les routes cubaines soient beaucoup plus tranquilles que les routes européennes auxquelles vous êtes accoutumé(e), elles ne demandent pas moins d’efforts. Outre les bolides modernes vous dépassant à 120 km/h et les voitures historiques qui n’en atteignent à peine 50, les routes sont bondées de chariots tirés par des chevaux, de vélos, de bétail errant et de passants qui y bavardent à leur aise.

Attention !  
Suite aux réformes économiques du pays auparavant strictement communiste, de nombreuses initiatives commerciales privées sont désormais autorisées. Vous y serez confronté(e) lorsque vous prenez la route : sur presque tous les carrefours jaillissent des marchands de fromage, de fruits, et des commerçants vous proposant des adresses de « paladares » (restaurant de famille) et de « casas particulares » (chambres d’hôtes). Même si ces propositions sont en général sympathiques, cela peut toutefois déranger. Surtout aux carrefours touristiques de Viñales en Trinidad, l’enthousiasme des marchands à attirer les touristes vers un paladar ou une casa particular est poussé : ils sont disposés à déplacer les panneaux de signalisation pour détourner les voitures, et ensuite proposer de monter pour montrer le chemin, qui bien sûr mène vers leur commerce. Ne vous laissez pas leurrer par ces commerçants trop fanatiques, demandez plutôt votre chemin à un passant « normal », comme un paysan sur son chariot, des personnes âgées ou des mères avec leurs enfants.

Paladares – dîner chez les Cubains
Les « paladares » étaient autrefois des restaurants de famille privés. Bien qu’ils existent encore partout au Cuba dans cette forme traditionnelle, certains paladares sont devenus de véritables lieux culte. À La Havane, par exemple, vous trouverez « La Guarida », où a tourné le film célèbre « Fraise et chocolat ». Impossible d’y entrer sans réservation. En route, vous croiserez des paladares partout et on vous y invitera souvent.  La qualité de ces restaurants varie énormément, mais cela vaut absolument le coup d’essayer !   

Police  
En cas d’accident ou en situation d’urgence, contactez toujours la police. La société de location vous fournira les numéros de téléphone. Vous devez également contacter cette dernière, ainsi que votre représentant local. Dans l’hypothèse peu probable d’une amende (vous les éviterez en ne dépassant pas les vitesses autorisées en en respectant le code de conduite), le gendarme dressera un PV qu’il enverra à la société de location. C’est elle qui règlera l’amende et vous la facturera. Ne payez donc jamais directement ou en espèces au gendarme ou à l’agent de circulation.



Nous sommes à votre disposition

Hola ! Nous sommes à votre disposition pour toute simple question ou demande spéciale.

Contactez-nous
The CTN staff

Pourquoi réserver chez nous

  • Nous sommes cubains ! Nous connaissons votre destination sur le bout des doigts.
  • Chaque année, nous aidons plus de 50 000 voyageurs comme vous.
  • Le plus grand réseau de partenaires fiables au Cuba, pour découvrir ce que d'autres ne verront pas.
  • La plus grande offre de réservations en ligne et une disponibilité en temps réel pour répondre à toutes les demandes de voyage.